« Féminicide » de Mérignac : le combat continue pour la famille de Chahinez DAOUD

Féminicide de Mérignac

Me Plouton interviendra fin novembre devant le Juge des enfants.

Cette intervention a pour but de permettre aux grands-parents maternels d’obtenir le placement de leurs petits-enfants à leur domicile.

De même, plusieurs demandes d’actes ont également été adressées au juge d’instruction en charge de l’affaire criminelle.

Il s’agit de contribuer à la manifestation de la vérité.

Mais également d’obtenir des explications sur les nombreux manquements relevés par les rapports de l’Administration de la Justice et de l’IGPN.

Les parents de Chahinez souhaitent contribuer au débat public sur les violences conjugales.

Ainsi, nos actions visent a sensibiliser les intervenants de la chaine judiciaire sur la nécessité:

  • d’une plus grande réactivité des services d’enquête
  • de l’absolue nécessité d’une meilleure coordination et partage d’information entre les acteurs de la chaine pénale.

La priorité doit être accordée à l’amélioration de l’accueil des plaignantes et au suivi judiciaire de ces dossiers complexes.

L’augmentation des dotations des juridictions en moyens de protection tels que :

va dans le bon sens.

C’est également le cas du nouveau recours devant le Juge aux affaires Familiales afin d’obtenir une Ordonnance de Protection.

Mais seule la réactivité des services d’enquête au stade de l’interpellation peut prévenir la survenue de tels crimes.

C’est particulièrement le cas pour les auteurs en réitération d’infraction.

Il convient également d’éviter l’écueil d’une politique pénale qui consisterait à automatiser les poursuites.

Ainsi, privilégier systématiquement le jugement en comparution immédiate à l’encontre des auteurs de violences conjugales ne nous semble pas opportun.

L’individualisation de la peine est un principe essentiel de notre droit pénal avec lequel il ne faut pas déroger.

Dans cette optique, les magistrats devraient pouvoir s’appuyer, pour rendre leur jugement, sur une expertise de personnalité approfondie.

Mais encore faut-il que ces expertises soient de qualités et réalisées par des experts réellement indépendants.

Ce n’est malheureusement pas toujours le cas notamment dans les enquêtes de flagrance.

Cela leur permettrait de déterminer non seulement la juste peine mais aussi les mesures de suivi et d’accompagnement les plus adaptées.

En effet, seule une personnalisation de la peine et du suivi post sentenciel peut permettre de prévenir:

  • la réitération des violences conjugales
  • le passage à l’acte criminel des auteurs les plus déterminés.

En effet, ces derniers présentent bien souvent des profils psychologiques et psychiatriques atypiques.

Face à des violences masculines qui broient des centaines de milliers de femmes et d’enfants, une journée de manifestation « contre les violences faites aux femmes » était organisée samedi 20 novembre 2021.

Le 25 novembre est également la journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes.

Il est naturellement indispensable que des manifestations de ce genre soient organisées pour sensibiliser et alerter l’opinion publique sur ces violences conjugales.

Espérons qu’un changement de mentalité et une sensibilisation dés le plus jeune âge sur ce difficile sujet permettra à l’avenir de circonscrire ce phénomène.

Ainsi, il est urgent de faire chuter drastiquement  les homicides conjugaux et les assassinats sur conjoints évoqués dans le débat publique sous le terme de féminicide.

Nous avons également une pensée pour les enfants de ces couples déchirés, lesquels se retrouvent encore trop souvent au milieu des conflits entre leurs parents et en sont également des victimes directes.

 

Revue de presse

Intervention de Maître Plouton sur francetvinfo.fr

Interview sur TV7 02.11.2021

Participation de Maître Plouton à l’émission de France bleu le 04.11.2021

Lien vers le podcast « En toute subjectivité » de France inter : Lettre à Lucca de Anne-Cécile Mailfert

< Retour

Contactez-nous